Missions

 

Capital Santé TV (CSTV) se donne pour mission de diffuser des programmes qui contribuent à informer, sensibiliser, orienter, accompagner et éduquer le grand public afin de lui donner les moyens de préserver son capital santé.

 

 

Nous voulons :

  • Permettre au grand public d’accéder aux dernières découvertes scientifiques dans le domaine de la santé et de la médecine aussi bien préventive que curative. Il s’agit de vulgariser les nouveaux traitements, outils de diagnostic, approches thérapeutiques efficaces encore largement méconnus des citoyens Africains et de certains praticiens.
  • Promouvoir une approche globale et holistique de la santé, du bien-être et de la médecine. La santé étant, selon l’OMS " un état de complet bien-être physique, mental et social, et ne consiste pas seulement en une absence de maladie ou d'infirmité."
  • Promouvoir la santé par une large information sur l’usage de la médecine préventive (en tant que meilleure assurance santé possible) pour une meilleure connaissance du fonctionnement de l’organisme, de son alimentation et de son entretien. "Mieux vaut prévenir que guérir" : ce dicton a tout son sens dans le contexte africain où les problèmes de Santé Publique sont un véritable enjeu sociétal, et l'accès aux soins encore une problématique majeure.
  • Promouvoir la Médecine préventive et curative par une information simple et compréhensible sur toutes les causes, les symptômes, les moyens de diagnostics et les traitements de diverses pathologies, comme puissant palliatif à l’énorme déficit de médecins-traitants en Afrique. Les pays riches se caractérisent tous par un nombre de médecins bien supérieur à 200 pour 100 000 habitants, tandis que, en bas de l’échelle, les pays d’Afrique subsaharienne se distinguent par un très faible niveau, généralement inférieur à 20 médecins pour 100 000 habitant.
  • Contribuer à l'information et à la promotion sur l'intérêt du bon usage des médicaments conventionnels et des MT/MC. Les MT/MC (Médicaments traditionnels/ Médicaments complémentaires) constituent l’une des sources premières de soins de santé. Ainsi, en Afrique, on dénombre 1 guérisseur pour 500  personnes, contre 1 médecin pour 40  000 personnes. En milieu rural, les guérisseurs locaux restent donc les prestataires de santé de millions de gens.